La 35e édition !

 

ÉDITO D’ANNICK BENOIT

 

« Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté »

Confucius

 

Si cela a été vrai de tous les temps, plus que jamais le monde dans lequel nous vivons nécessite pour chacune et chacun d’entre nous de savoir trouver les bons repères pour faire ses choix en tant que citoyen, parent, participant à la vie économique et sociale, soucieux des équilibres de paix, d’environnement, permettant de vrais progrès pour notre humanité.

Lire, se documenter, s’informer, s’ouvrir à tous les aspects de notre vie contemporaine, sont autant de clés pour penser par soi-même. L’utilisation que nous pouvons faire des outils numériques en est, à la fois le meilleur, mais aussi quelquefois le pire, de cet accès à la connaissance dont nous ne pouvons pas nous priver. C’est pourquoi cette 35ème édition de notre Festival se trouve placée sous le thème de « Lecture et Numérique ».

Si l’on a la chance d’avoir toutes les possibilités de s’informer, l’élément fondamental demeure de savoir lire et de comprendre ce qu’on lit. Depuis 35 ans que notre Festival a été créé, toutes ces années ont été basées, à travers l’ensemble de nos activités, sur la lutte contre l’illettrisme dans notre région normande, et même au-delà.

Or, si savoir lire s’apprend dès la petite enfance, pour avoir envie de continuer de lire, cela passe par un certain nombre de circonstances qui peuvent conduire jusqu’à oublier ce savoir-faire qu’on a découvert à l’école. Pour continuer de lire, de savoir comprendre ce qu’on lit, il faut – à la base – vouloir conserver ce plaisir à avoir un livre en main, en découvrir le contenu, et nous laisser « embarquer » par ce qu’il nous raconte !! Plonger dans cet univers qu’il nous ouvre : sur d’autres temps, d’autres mondes, d’autres civilisations, d’autres formes de pensées, d’autres cultures, d’autres conceptions d’organiser une vie meilleure pour et sur notre planète.

Et c’est en cela que nous pouvons remplir pleinement notre rôle de citoyenne et de citoyen tout au long de notre vie. Quelles que soient les formes et les outils qui nous donnent accès à toutes ces connaissances, il y a – bien sûr – tout le talent des écrivains, philosophes, romanciers, créateurs de BD, de mangas, de polars, etc., y compris toutes sortes de jeux qui nous amènent à avoir l’envie d’en savoir plus et de nous plonger dans tous ces univers destinés à nous enrichir.

L’auteur anglais Jonathan Coe, lauréat du Meilleur livre étranger en 1996 et prix Médicis étranger en 1998, a déclaré : « Le rôle de l’écrivain, c’est d’écrire le meilleur livre qui soit. Pour aider le lecteur à penser plus librement, proposer une alternative aux discours qui existent ». Et n’oublions pas non plus que d’autres sphères interviennent dans cet accès à la lecture : les librairies qui font partie de nos richesses, les bibliothèques, les ludothèques, les nouveaux supports numériques, mais aussi tous les lieux de rencontres « autour du livre », comme les festivals, les salons, les initiatives comme « Les Boîtes à Lire », « Les Livres Voyageurs », etc., etc.

Tout cela doit pouvoir faire de nous, toutes et tous, petits et grands, des « dévoreurs de livres » comme l’est le petit renard de notre affiche !

Annick Benoit, présidente de l’Association des Amis de la Renaissance, coorganisatrice du Festival

 

 

34è Festival du Livre Jeunesse : 2 – 3 – 4 décembre 2016

33è Festival du Livre Jeunesse : 4 – 5 – 6 décembre 2015

« Citoyenneté et développement durable » est le thème des animations de notre 33ème édition.

Ce thème est, tout comme les thèmes choisis pour les manifestations précédentes, proposé pour fédérer les animations, les conférences et débats, les spectacles, les lectures… mais le week-end des 4, 5 et 6 décembre reste centré sur les 70 000 merveilles que représentent les 70 000 livres de jeunesse dans la Halle aux Toiles.

Nous avons la faiblesse de penser que le livre de jeunesse – de la naissance à l’âge adulte – participe à l’apprentissage de la citoyenneté en ceci qu’il est porteur des processus visant la création de la pensée : penser, se penser, se penser avec les autres, se penser dans son individualité, dans sa globalité du passé, du présent et du futur. C’est de cela qu’il s’agit ! Il permet aussi de mieux percevoir et de mieux comprendre son environnement et de participer à sa transformation, si besoin est.

Il permet mille autres choses encore : rêver, sourire, rire, pleurer, aimer, détester… Et c’est aussi complètement fondamental.

Le livre de jeunesse, c’est tout cela et beaucoup plus encore. Et dans ce « beaucoup plus encore », il y a des choses qui peuvent paraître centrales pour les uns et moins pour d’autres, mais qui, dans tous les cas, seront à envisager ensemble, parce que le futur, c’est tout de suite ! Aller vers du mieux, sans renier d’où l’on vient, c’est se développer les uns avec les autres, et non contre les autres !

N’est-ce pas cela l’essentiel ?

Jean-Maurice Robert,

Cofondateur et ancien directeur du Festival

32è Festival du livre jeunesse : 28 – 29 – 30 novembre 2014